#HerStoryOurStory

Pouvez-vous aider Kali et ses amies à vivre sans violence?
Découvrez-le en jouant!

Nous pouvons tous agir pour aider à mettre fin à la violence faite aux femmes et aux jeunes filles. Quelle sera votre réaction?

L'enjeu

La violence contre les femmes et les jeunes filles est l’affaire de tous.

 

Chaque jeune fille, chaque jeune femme a le droit de vivre sans violence, discrimination, intimidation ou abus.

 

Pourtant, aujourd’hui, des millions de femmes et de jeunes filles du monde entier sont privées de ce droit. La violence contre les femmes et les jeunes filles reste l’une des violations des droits humains les plus persistantes, systématiques et répandues.

Chaque année, 12 millions de jeunes filles sont mariées avant l’âge de 18 ans

Source: UNICEF

Le mariage des enfants met en péril la santé et le bien-être des jeunes filles, les contraint à renoncer à leur éducation et les enferme ainsi dans le cercle vicieux de la pauvreté. Cette pratique est ancrée dans l’inégalité entre les sexes et dans la croyance selon laquelle les femmes et les jeunes filles valent moins que leurs homologues masculins.

La pauvreté est un facteur aggravant: plus de la moitié des jeunes filles issues des familles les plus pauvres dans les pays en développement sont mariées lorsqu’elles sont enfants.

Pas moins d’une femme sur trois dans le monde a subi des violences physiques ou sexuelles à un moment de sa vie

Source: WHO

La violence sexuelle est tout acte sexuel, tentative d’avoir un acte sexuel, toute avance ou commentaire de nature sexuelle à l’égard d’une personne, sous la contrainte, par quiconque et dans n’importe quel contexte.

Près de la moitié des agressions sexuelles sont commises sur des jeunes filles de moins de 16 ans.

Chaque année, plus de 246 millions d’enfants sont victimes de violences de genre à l’école ou dans ses alentours.

Source: UNESCO, UNGEI

La violence de genre à l’école concerne des actes ou des menaces de violence sexuelle, physique ou psychologique qui se produisent à l’école et dans ses environs. Les adolescentes, les jeunes filles issues de familles pauvres ou de groupes marginalisés, sont particulièrement vulnérables aux abus sexuels et à l’exploitation sexuelle de la part du personnel scolaire.

Cette situation reflète les inégalités de pouvoir, socialement ancrées, qui sont fondées sur le genre et qui existent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des classes.

70 % des victimes de la traite des êtres humains sont des femmes ou des jeunes filles ; et ¾ d’entre elles sont abusées sexuellement.

Source: UNODC

La traite des êtres humains est l’acquisition et l’exploitation de personnes, par des moyens tels que la force, la fraude ou la tromperie.

Cette pratique piège des millions de femmes et de jeunes filles, et nombre d’entre elles sont abusées sexuellement.

Pourquoi cela arrive-t-il?

 

La violence contre les femmes et les jeunes filles est ancrée structurellement dans les relations de pouvoir entre les femmes et les hommes. On parle de normes sociales et relatives au genre qui sont toxiques lorsque les femmes et les jeunes filles sont considérées comme ayant moins de valeur que leurs homologues masculins, et que ces derniers les contrôlent et exercent sur elle leur autorité.

 

La violence contre les femmes et les jeunes filles peut toucher tout le monde, partout, et à tout moment. La violence perdure dans tous les pays et peut se produire dans des lieux privés et publics, indépendamment de l’âge, de l’éducation et du statut socio-économique. Rien ne la justifie et la victime n’en est jamais responsable.

Quelles en sont les conséquences?

 

La violence prive les femmes et les jeunes filles de leur droit d’exploiter leur potentiel et de vivre la vie qu’elles ont choisie. Elle a des conséquences physiques, sexuelles et psychologiques à court et à long terme. Elle empêche les femmes et les jeunes filles de participer pleinement à la société.

 

Lorsque les femmes et les jeunes filles gagnent en autonomie et bénéficient des mêmes chances que les garçons, loin des violences, elles peuvent exercer leurs droits et envisager un développement durable, pour elles, pour leur famille, pour leur communauté et pour leur pays.

Comment pouvons-nous y mettre fin?

 

Mettre fin à la violence contre les femmes et les jeunes filles est une tâche complexe. Cela exige d’intervenir dans tous les secteurs et à tous les niveaux afin de s’attaquer à l’inégalité de genre profondément ancrée.

 

Nous pouvons toutefois y mettre un terme et chacun a un rôle à jouer. Individuellement et collectivement, nous devons devenir des spectateurs positifs, défendre les droits des femmes et des jeunes filles et dénoncer de manière proactive la discrimination et les abus.

 

En dénonçant les attitudes et les comportements négatifs, nous allons remettre en question les normes et les inégalités qui perpétuent la violence.

 

Promouvoir une masculinité positive, intégrant le fait d’être aimable, respectueux et sensible, aidera également à amorcer un changement culturel selon lequel être un homme ne signifie pas être violent.

AGISSEZ

Faites une promesse

Nous sommes déterminés à en finir avec la violence faite aux femmes et aux filles maintenant. Tu es avec nous ? Alors signe notre serment et prouve-le !

Faites passer le mot

Nous devons tous agir pour aider à mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des jeunes filles. Aidez-nous dès maintenant à faire passer le mot!

Ressources

Avez-vous été victime de violence, de discrimination, d’intimidation ou d’abus? Si vous avez été victime de violence ou si vous craignez que quelqu’un l’ait été, de nombreux services sont disponibles pour vous aider.

 

Si vous êtes une jeune personne, n’oubliez pas que vous pouvez vous confier à un adulte ou à un(e) ami(e) en qui vous avez confiance, et demander un soutien et une assistance supplémentaires auprès de votre organisation locale de protection des enfants.